Rythmes scolaires : Lettre ouverte à Monsieur le Maire et aux élus du Conseil Municipal

Publié le par DESIR A Poncins

Rythmes scolaires : Lettre ouverte à Monsieur le Maire et aux élus du Conseil Municipal

Que la réforme des rythmes scolaires ait provoqué une pagaille innommable sur le plan national est une chose. Que Poncins ait emboité le pas n’était pas indispensable. Vous avez retenu une solution le 23 avril. Votre solution.

Aujourd’hui, les Poncinois ne sont pas mécontents. Ils sont exaspérés et en colère. L’école est en danger. Certains menacent de retirer leurs enfants. L’année dernière déjà, une classe supplémentaire a été créée. Elle a vécu 48 heures. Ne recommençons pas cette année. L’école est le dernier rempart de ce qui présente encore un peu de vie dans le village. Ne soyez pas responsable de sa disparition.

Certes, vous avez le droit d’imposer Votre solution, à l’abri d’excuses en tous genres comme l’intérêt de l’enfant. Il a bon dos. Vous avez le droit d’ignorer ce qui se passe dans le village. Vous avez même le droit de ne pas écouter les Poncinois et de les mépriser. Mais vous n’avez pas le droit de les abuser. En tous cas, la situation actuelle n’est que la résultante de votre politique et absence d’anticipation.

  • Vous avez fait croire au Comité de Pilotage. Une mascarade ! Créé en juin 2013, il n’a jamais été constitué.

  • La réunion du 23 avril, plénière, vous l’avez intitulée réunion du Comité de Pilotage. Un abus, une erreur, une incompréhension ? Une réunion expéditive de ¾ d’heure. La messe est dite. Ses décisions en 4 points : les horaires de classe, de TAP et périscolaire ; 1€ réclamé aux parents ; les enseignantes feront de l’aide aux devoirs en TAP et seront rémunérées ; les associations proposeront des activités pour les TAP, bénévolement. Des décisions verbales, sans relevé de décision et sans communication. Seul le premier point a été porté à la connaissance du public.

  • Le lendemain, 24 avril des questions sont posées démontrant ainsi qu’il subsistait des points non éclaircis. Le Conseil Municipal en a pris connaissance le 19 mai. Reste à informer l’auteur et les Poncinois.

  • Votre position Monsieur le maire sur les rythmes scolaires est connue. Mais votre Conseil Municipal reste étrangement silencieux comme s’il en ignorait l’existence. S’il a conduit une réflexion, reconnaissons qu’elle fut bien discrète.

  • Il n’y eut jamais le moindre support. Ni explicatif, ni proposition, ni relevé de décision.

  • Enfin le courrier dans le cartable des élèves début juin donne des justificatifs entachés d’erreurs.

Par cette accumulation, vous avez rempli vous-même la boite de Pandore. Maintenant qu’elle est ouverte, chacun s’invite aux initiatives en tous genres.

Les comptes rendus de réunions d’abord. Puisqu’il n’y en a jamais, des participants indignés s’en sont emparés. Ils ont pris l’initiative de rédiger le compte rendu des 2 dernières réunions.

De même, les enseignantes se sont crues autorisées de lancer un sondage. Elles ont eu tort ? Mais vous leur reprochez aujourd’hui ce à quoi vous les incitiez hier.

Les résultats du sondage, vous auriez pu les ignorer. Vous en avez décidé autrement. Ce fut une faute managériale inouïe. Elle a déclenché une fronde généralisée. Les parents d’élèves ont bien compris que les enjeux vont au-delà de l’intérêt de l’enfant. Quant aux associations, elles étaient venues faire leur offre de service bénévolement en tant qu’acteur. Elles ont été réduites au rôle de spectateur d’un scénario pitoyable.

Monsieur le maire, peu importe que vous ayez perdu la première manche. Vous pouvez et devez gagner la bataille des rythmes scolaires. Pour les enfants. Pour Poncins. Cela passe probablement par des concessions.

Pensez à Poncins et à son devenir !

Publié dans Au FIL du Lignon

Commenter cet article