Un Conseil Municipal inquiet de l’avenir.

Publié le par DESIR A Poncins

Un Conseil Municipal inquiet de l’avenir.

Nous avions suggéré la diminution des taxes locales compte tenu du volume du « bas de laine » local. Il n’en sera rien. En votant le maintien des taxes locales à l’identique, le Conseil Municipal s’est placé dans la continuité. Ses perspectives ? Non dévoilées. Antérieurement, nous avions droit aux « orientations stratégiques ». Elles n’avaient rien d’orientations stratégiques et n’étaient pas respectées par ailleurs. Cette année, rien de tel. On ne pourra donc pas dire que le programme n’a pas été respecté. Il n’existe pas. Ou s’il existe, il est resté dans les ténèbres budgétaires.

Le budget 2016 : il a été présenté en réunion du CM le 5 avril 2016 dans un recueillement mystique. 845 410€ en fonctionnement, 356 677€ en investissement, … Ces chiffres ne vous parlent pas ? Nous les ferons parler dans une prochaine édition.

Le CCAS a été définitivement inhumé et les quelques 6 375,88 euros d’héritage sont allés grossir le « bas de laine » de la commune. A noter qu’ils représentent 10 années de dépenses de fonctionnement de feu CCAS (année 2015).

Les multiples évolutions d’organisation ont pris une part importante dans le déroulement du CM.

D’abord la nouvelle intercommunalité paraît toujours indigeste dans sa décision et dans l’attente de sa mise en œuvre. Le Président du Conseil Départemental a exprimé ses doutes et incohérences dans un courrier aux maires, tout en s’abstenant de toute consigne. Le Président de la région Auvergne Rhône Alpes remet en cause les modes de fonctionnement de Pays en déléguant ses responsabilités aux intercommunalités.

Le CM est bien conscient du remue-ménage qui s’annonce, tant dans la représentation communale au sein de l’intercommunalité, des vice-présidences, de la nouvelle répartition des responsabilités, ….

Et comme si ce n’était pas suffisant, les actes transmis électroniquement doivent s’élargir à de nouveaux dossiers. Le débat sur la signature électronique qui s’en est suivi est sans doute la traduction de l’inquiétude régnant au sein du conseil, mais il n’est pas sûr qu’il fût à la hauteur des enjeux.

Publié dans Au FIL du Lignon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article