Oraison n’est pas raison.

Publié le par DESIR A Poncins

Oraison n’est pas raison.

Sur proposition du maire, le Conseil Municipal de Poncins décide la dissolution de son CCAS. Elle est prononcée, à l’unanimité en novembre 2015. Le compte rendu en révèle la teneur : « La loi NOTRE donne la possibilité aux communes de moins de 1500 habitants de dissoudre le Centre Communal d’Action Social (CCAS) ».

Que disent les textes ?  « La loi NOTRE rend facultative la création d’un Centre Communal d’Action Social ». Facultative, … ! La création … ! Comparé avec : « La loi donne la possibilité de dissoudre ». Nuances.

On appréciera également la réactivité exceptionnelle. 7 Août 2015 : promulgation de la Loi. Septembre : « examen ». Novembre : « suppression ». Avril 2016, pas moins de 3 points concernent sa mise en œuvre. Un mois plus tard, en mai, le CM introduit  une « décision modificative » au budget communal. Oui, une « décision modificative », c’est-à-dire une affectation sur le bon compte budgétaire ! Cela ne change pas grand-chose pour le contribuable. Sauf que, c’est l’application des textes.

La question de pourquoi cette dissolution reste posée. On imagine aisément qu’elle ne se résume pas à cette déclaration lapidaire « La loi NOTRE donne la possibilité aux communes de moins de 1500 habitants de dissoudre le Centre Communal d’Action Social (CCAS) ».

Quel objectif ? Réaliser  « les économies » annoncées par le maire en début d’année ? C’est assez peu probable. Une Commission est censée remplacer le dit Centre. La différence ? La cCAS, en tant que commission rend compte au Conseil Municipal. Le CCAS : Non. Pour le reste, l’opacité reste intacte. Il n’y a eu aucune publicité, tant sur ses missions que sur sa composition. Pas même sur le site internet.

L’essentiel de ses activités se concentrait sur le repas des aînés. Afin de légitimer la notion d’aîné et lui rendre son sens originel, on pouvait s’attendre à une modification compensatoire à l’allongement de la durée de vie. La plupart des communes avoisinantes l’ont réalisée.

 

A Poncins, ce sera pour une prochaine fois.

 

Publié dans Au FIL du Lignon

Commenter cet article