Nous aurions pu faire des économies !

Publié le par DESIR A Poncins

Les comptes administratifs 2016 ont été adoptés en réunion du Conseil Municipal. Un vote à l’unanimité. Un vote à l’état brut et sans commentaire. Un vote dans l’indifférence générale. Un vote éclair qui n’a pas pris le temps de l’analyse et de la réflexion. Un vote qui se contente de quelques chiffres sans signification tant qu’ils n’ont pas révélé leurs secrets. Un vote en continuité parfaite de ces dernières années où nous avions mis en évidence 2 erreurs fondamentales. La première rectifiait les chiffres votés et qui n’étaient plus les mêmes dans le compte rendu et sans délibération nouvelle. La seconde minimisait très sensiblement le déficit du budget général. Après quoi, le maire tenta d’argumenter dans son Bulletin Municipal. Ce faisant, il s’est pris les pieds dans le tapis par une contre-vérité manifeste. Cette série d’évènements serait immanquablement passée inaperçue sans le développement de nos chroniques.

 

Alors, pour cette année 2016, tout serait-il OK ? Si on se borne au simple résultat, c’est possible. Si on l’associe aux objectifs, chacun appréciera. Faisons appel à notre mémoire. Voici ce que prédisait le maire, début 2016 : « Nous devrons faire des économies. Les dotations de l’état sont en baisse, nous devrons en tenir compte dans la gestion des finances locales, à nous de faire des économies partout où on le pourra, sur les investissements notamment, mais sans que cela soit au détriment de la commune ». Cette phrase résonne de bonnes résolutions comme l’enfant au lendemain de la rentrée des classes. Le problème, c’est le surlendemain !

 

Le surlendemain justement, nous y sommes. Où sont les économies promises : partout ? Il y en eut 2. L’électricité : -23%. Retour sur investissement de l’éclairage public. Mention Bien ! Et le carburant :   -33%. Sans doute parce que le camion reste au garage et ne porte désormais plus les convocations de la mairie au domicile des intéressés. Nous avions préconisé l’utilisation du courrier sur internet. Mention Très bien !!

Pour le reste : mention « peu mieux  faire ». Les« Charges à caractère général » : +20% et les « Charges de personnel » : +5,5%. Globalement, c’est 35 000€ de plus que l’année précédente.

 

JAMAIS, de tous temps, jamais la commune n’avait autant dépensé en fonctionnement.

Décidément les promesses n’engagent que ceux qui … ont la mémoire qui flanche.

En investissement, les dépenses ont doublé. 143 500€ contre 72 000€ en 2015.

 

Mais où sont donc les économies promises ?

 

Attardons-nous un instant sur les emprunts contractés jusqu’en 2013(Depuis, il n’y en a pas eu). Nous avions, dans une chronique antérieure (le 6 novembre 2015), démontré l’erreur que constituait cette « théorie de l’emprunt » en réponse à un conseiller municipal le 14 octobre 2009 : « Julien Duché explique que s’agissant d’un lourd investissement (30 000€ !) dont la durée probable d’utilisation sera d’une quinzaine d’année, il est logique ( !! ) de conserver la trésorerie disponible et de réaliser un emprunt dont la durée sera équivalente à l’amortissement prévisible de l’investissement ».

Les intérêts de ces 3 dernières années représentent 90 000€. Plus que tous les investissements réalisés en 2015 (72 000€).  De plus si on considère les emprunts, c’est dire qu’il ne reste que des miettes en termes d’investissement.

Nous prétendons qu’il fallait renégocier les emprunts. Certaines communes limitrophes l’ont fait. Avec des gains financiers très importants. Poncins : NON ! Hélas ! C’était une belle opportunité pour respecter les belles promesses « sans que ce soit au détriment de la commune » et au contraire pour son plus grand bénéfice.

 

Rappelons aussi les 853 751,01€ du « bas de laine ». Une dépréciation de 2% par an représente une perte de 48 000€ depuis le début du mandat. C’est l’application de la double peine : des intérêts qui s’accumulent d’un côté et un « bas de laine » qui se déprécie de l’autre.

 

En résumé, il suffit de prendre le contraire de promesses faites en début d’année pour obtenir les résultats de fin d’année.  Les dépenses augmentent. Les remboursements d’emprunts et les intérêts en constituent l’essentiel. La baisse des dotations de l’état est oubliée. L’investissement reste soporifique. Le « bas de laine » dort tranquille tout en se dépréciant. Telle est la gestion municipale à Poncins !

 

Publié dans Au FIL du Lignon

Commenter cet article