La maison communale fait école.

Publié le par DESIR A Poncins

Les travaux vont bientôt démarrer ! Les travaux d’extension de l’école ? Non, vous n’y êtes pas !... Les travaux d’isolation acoustique de la maison communale. Vous ne le saviez pas ? Rassurez-vous, les élus non plus. L’annonce leur a été faite à la dernière réunion de conseil. Une annonce valorisée au centième d’euro et qui clôt définitivement le processus décisionnel. Une annonce qui vaut consultation, concertation, décision, …. C’est ainsi. Il n’y a plus rien à ajouter, pas même les questions du genre : des problèmes d’acoustique ? Sur un bâtiment neuf ? (pour les non-initiés, il a été inauguré il y a 3 ans, 3 semaines avant les élections municipales !! et faisait alors les louanges de toute la classe politique devant un public médusé). L’acoustique était-elle inscrite au cahier des charges ? C’eût été la moindre des choses compte tenu de sa vocation. Mais il fallut faire des choix, et la hauteur sous faîte l’a emportée. Nous aurons l’occasion de revenir sur les multiples aspects structurels, fonctionnels, culturels et financiers de ce bâtiment. Ce sera pour une prochaine fois. Si vous le voulez bien.

 

Sur le plan financier, justement, on pourra toujours s’étonner que quelques dizaines de milliers d’euros d’acoustique aient pu arrêter un projet d’un million d’euros. Aujourd’hui, sous la pression des utilisateurs, la mairie remet la main à la poche. 1 million d’euros, c’était l’estimation du maire le jour de l’inauguration. Tout le monde trouvait cela très lourd. C’est probablement pourquoi il n’y eut aucun autre chiffrage de la mairie. Nous l’avons fait. La fourchette est proche de 1,5 million. 50% en plus ! De quoi frémir. 1 500€ par habitant ! De quoi s’interroger ! Nous nous interrogeons.

 

Les comptes relatifs à cette opération n’ont pas été individualisés. Cela veut dire que dans le tiroir sensé recueillir les factures de « la maison communale », il y avait de tout. Un compte fourre-tout inimaginable. Tris, sélections, estimations ont été nécessaires pour dissiper l’opacité. Un travail en lieu et place des outils de gestion sensés révéler une précision décimale. Il eût fallu pour cela un tiroir spécialisé. A condition de ne pas se tromper, bien sûr.

 

Ces précisions sont importantes car elles permettent de comprendre ce qui va suivre.

Le même phénomène faillit se reproduire avec « les travaux de l’école ». Heureusement le contrôleur de gestion s’est montré vigilant. Il a retoqué la présentation et imposé un nouveau vote du CM. Un vote à l’unanimité, pour la création du code 21312. Du coup, le Budget Primitif s’en trouve modifié. 233 000€ lui sont affectés.

 

Le compte rendu de réunion de conseil municipal déclare pudiquement : « Monsieur le maire fait savoir au conseil municipal qu’il est nécessaire d’effectuer des virements d’un compte à l’autre, pour les travaux de l’école ».

Publié dans Au FIL du Lignon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article