Les cloches s’invitent au centenaire de l’armistice.

Publié le par DESIR A Poncins

Le carré des Poilus

Le carré des Poilus

 Jamais, manifestation n’avait connu telle affluence. La « cour de la mairie », celle de la Bibliothèque parait plus appropriée, débordait dans la rue. Les sonneries militaires annoncèrent le début avant que le maître de cérémonie en définisse l’organisation pour donner rendez-vous …, avec une certaine … retenue, …  Place de l’église ! Le mot Monument aux Morts n’a pas été prononcé. Et pour causes.

 

Pour le reste, peu de changement par rapport à l’habitude. Ah si, il y avait un micro, et il fonctionnait ! Et puis, toute l’école était présente enchantant le public des chansons de poilus. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce que les cloches de l’église, cette fois encore, chahutent le recueillement de la commémoration. Ce phénomène est récurrent à Poncins. Même en avançant la cérémonie d’une demi-heure. Rien n’y fait. Il en est même pour évoquer une revanche des poilus. Ils ne supporteraient pas le boycott du Monument aux Morts et son souvenir au rabais. Le maire a contribué à cette rébellion céleste en invitant à attendre la « reprise » (des cloches). Elle ne vint jamais. Elle n’existe plus depuis des années.

 

Une heure plus tard,  les mêmes cloches se sont défoulées durant 11 minutes afin de plonger Poncins dans la folle ambiance du 11 novembre 1918. Toutes proportions gardées, évidemment. Elles ont été programmées pour cela. A 10 heures, le silence ne leur a pas été demandé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article