Sécurité et téléphone, points noirs poncinois au Conseil Municipal.

Publié le par DESIR A Poncins

Les questions diverses élèvent-elles le niveau des réunions de Conseil Municipal. La réunion du 23 octobre 2018 invite à poser la question. Qu’en pensent les élus ? Leur réaction n’en laisse rien paraître pendant que le maire s’emploie à la lecture de courriers reçus à la mairie. Cette fois, ils ont tous été lus. En particulier ceux des parlementaires. Non pas qu’ils fussent plus marquants mais c’est ainsi. Le compte rendu libère les thèmes : la loi Elan pour l’un, l’appel de Marseille ou la délégation aux collectivités territoriales pour d’autres. Une exception pour la sénatrice Cécile Cuckierman. Censurée ? Un retour aux réflexes antérieurs paraît plus probable car la mise en place d’une plateforme numérique par le Sénat ne mérite pas une telle sanction.

 

Vint ensuite les courriers d’administrés. Il y en eut 2 : « d’Hélène Rochette relatif à divers problèmes à Goincet (vitesse, éclairage) et Michel Thiollier relatif au téléphone et à la fibre ».

En préalable, il convient d’observer :

  1. C’est rarement par plaisir qu’un administré prend la plume pour signaler ce qui, de son point de vue, présente un dysfonctionnement. Et à ce titre, il mérite respect et non mépris, y compris s’il donne l’impression d’être l’empêcheur de tourner en rond.
  2. Le courrier est la manifestation d’un mécontentement de la part d’administrés. C’est le moyen de libérer leur exaspération avec l’espoir que les responsables prennent leurs responsabilités en vertu des annonces de chaque Bulletin Municipal « Pour tout problème, venez nous voir, écrivez nous, c’est toujours mieux de le faire avant qu’il y ait un problème ou une difficulté ».
  3. Le courrier est la rançon d’un « Nous sommes à votre écoute » rabâché inlassablement au Bulletin Municipal avec en retour l’impression de ne pas être entendu.

 

Des 2 courriers dont il est ici question, le premier est « relatif » à la sécurité. Sujet sensible localement, il revient de façon récurrente depuis des années et est, de façon tout aussi récurrente, marquée du sceau de l’impuissance.

 

Le second est « relatif » au fonctionnement du téléphone à Poncins. Là aussi, ce n’est pas nouveau. Expliquer qu’un relai a été installé à proximité de l’autoroute afin d’assurer la continuité sur cet axe, est intéressant mais ne répond pas à la question. Révéler des explications techniques pour traiter tel ou tel problème, c’est une responsabilité qu’il vaut mieux laisser aux gens de l’art. Celle de l’élu est d’engager un dialogue avec son alter égo, lui mettre la pression pour régler les problèmes et ainsi satisfaire les attentes des administrés.

 

Le courrier devrait être transmis à l’opérateur en téléphonie !!!

Publié dans Au FIL du Lignon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article