Scènes de far-West à Poncins.

Publié le par DESIR A Poncins

L’œil rieur et le visage détendu après de savoureux moments, telle est la récompense des spectateurs aux organisateurs de la soirée spectacle « Loin l’Ouest ». Les chants aux rimes harmonieuses et poétiques ont invité aux rêves et à l’onirisme. La musique légère s’est accordée a n’épargner personne pour que chacun se retrouve à danser les rythmes endiablés du far-West. Cette participation au spectacle est apparue comme si ce mot résonnait naturellement à Poncins. Il faut dire que les bénévoles de la bibliothèque municipale de Poncins avaient parfaitement préparé leur affaire avec la venues d’une squaw sur son « joly Blandine » et de « Œil de lynx de la tribu du hameau de Rampeau » harnaché de sa voluptueuse coiffe de chef indien. Et pour parachever ce moment mémorable, les bénévoles avaient confectionné (à leurs frais) des gâteaux mis à disposition de leurs hôtes dans ce qui fut l’ultime moment de convivialité avant le retour au train-train du quotidien. La boisson revenant au responsable de la manifestation. Merci monsieur le maire et toutes nos félicitations. Des félicitations en différé car « absent sans excuse » comme on dit au conseil municipal, et donc non représenté. Il est pourtant celui qui a financé l’opération ou plus précisément qui l’a validée.

La mairie absente. La presse aussi. En cohérence parfaite avec sa mission de titulaire de la commission Information du Conseil Municipal et au mépris de ses lecteurs. Une réalité qui se confirme un peu plus chaque jour.

 

Retour à quelques mois en arrière. Au moment de la décision. D’abord, il faut savoir que ce spectacle est financé pour partie par le Conseil Départemental, l’autre partie par la commune. Validé par le maire comme nous l’avons précédemment indiqué. Il comprenait 2 parties : celle dont il a été ici question et une autre optionnelle et appartenant au package (donc offerte) avec une prestation au sein de l’école. Pour cela, il fallait l’accord de l’école et de sa directrice. Il y a 2 ans, pour la même prestation, les choses s’étaient déroulées naturellement. Pour le plus grand plaisir des enfants. Et cette année, au contraire, l’harmonie entre école et mairie n’est pas au rendez-vous. Combat des chefs diraient certains. Du coup, la bibliothèque, bien que municipale, est devenu l’enjeu d’intérêts qui la dépasse. Certaines enseignantes étaient favorables au projet. D’autres moins. Toujours est-il que la prestation à l’école n’a pas eu lieu. Sans doute dans l’intérêt des enfants !

 

Est-ce la raison réelle du boycott de la mairie à SA manifestation ? Qu’importe. Procrastination et impuissance sont les 2 moteurs qui conduisent les affaires de la commune aujourd’hui. Et qui font qu’elles s’éteignent l’une après l’autre. Dans le cas présent, un pas en avant a été fait, et 2 en arrière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Shana 19/04/2019 14:06

Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai me poser chez vous. A bientôt.