Expression en toute Légalité.

Publié le par Roger SAINT POL

Expression en toute Légalité.

La presse titre son dernier article  « Les oppositions veulent s’exprimer sans limite ». On est bien loin du « vous voulez museler l’opposition » suite à la réunion du 9 septembre. Un rétropédalage sur la question de la liberté d’expression. Rien de moins ! Le rôle d’un élu de majorité, d’opposition ou d’ailleurs n’est-il pas de s’exprimer ? S’exprimer sans limite ! Comme si c’était la question.

 

Un peu plus loin, et en sous-titre sous forme d’interrogation : « un problème de légalité ? » La légalité ne concerne pas que « les oppositions ». La légalité s’impose naturellement, sans distinction d’appartenance. C’est pourquoi nous en avons fait de ce Blog notre cheval de bataille en clamant dès le début ce foisonnement d’anomalies. Aujourd’hui, notre démarche n’est plus isolée. Les élus l’ont compris et ont joué leur rôle, dénonçant à leur tour ce qui s’apparente à un abus de pouvoir. Ils n’ont d’autre droit que de faire appel aux instances supérieures : Préfecture et sa commission de légalité, la Cada, …. Toutes ont déclaré ces situations illégales, aux antipodes de la volonté capricieuse d’une opposition en quête d’identité. Et maintenant ? Car c’est bien là la question. La prochaine réunion de CM pourrait apporter un éclairage complémentaire car plusieurs fers sont au feu et les portes du Tribunal Administratif, grande-ouvertes.

 

Le maire, embourbé dans son propre bourbier, ne semble plus rien maîtriser et sort les vieilles recettes des impuissants à court d’arguments : « l’opposition n’accepte pas sa défaite aux dernières élections ». Oubliant que les questions « embarrassantes » viennent de ses propres rangs. Et cette phrase historique à inscrire dans la volumineuse anthologie locale : « Il faut qu’ils acceptent leur défaite aux municipales. Et qu’ils commencent à s’occuper de la commune plutôt que de dormir avec le code des collectivités. » Voilà une bonne idée. S’occuper de la commune. Mais oui, monsieur le Maire, vous avez autorité à leur donner une mission. Par exemple, répondre aux questions. Elles n’en ont jamais. Ou, autre exemple, les charger d’un compte rendu de conseil fiable et compréhensible. Quand on pense qu’ils dorment avec le CGCT. En réunion? Mais au fait, c’est quoi le CGCT, monsieur le Maire ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article