Pour qui ce local technique ?

Publié le par Roger SAINT POL

Pour qui ce local technique ?

Le maire lance une invitation « aux associations, à la presse, aux agents d’entretien de la commune ainsi qu’aux membres du conseil municipal ». Accessoirement au CM ! La population n’est pas conviée. D'ailleurs le site internet de la mairie n’en fait pas état. Cela ne concerne pas les Poncinois. Sauf qu’ils auront à mettre la main à la poche ou au portefeuille après l’augmentation des taxes locales. Pour … Pour la priorité des priorités communales : la construction d’un local technique. C’est effectivement urgentissime. Il faut héberger un matériel … pléthorique ? Disons conséquent ! Camion voiture électrique (c’était une affaire exceptionnelle), tracteur, …. Du matériel à revendre jusque dans le hangar de la cour de l’école et même en vrac dans cette même cour d’école. Pour ? Pour les agents communaux. Ils sont au nombre de 2. Tout cela pour la modique somme de près d’½ million d’euros. Cf. nos articles des 11 et 19 mars 2021. Car nos élus ont voté. Ils ont même voté 2 fois cette délibération qui fait le choix de l’architecte. La 1ère en février et la seconde le mois suivant. Une chance, elles ne sont pas totalement contradictoires. Mais aucune des 2 ne justifie le choix du plus cher. Ça fait cher. ½ million d’euros. Ça fait même richement cher. Les Poncinois n’auront pas leur mot à dire. On n’a pas demandé leur avis. Peut-être auraient-ils trouvé l’addition un peu lourde. Peut-être même auraient-ils placé leur priorité ailleurs. L’école par exemple. Une école coupée en 2 et traversée par la rue principale du village, sans protection aucune et réparée à coup de rustines à plus de ¼ million d’€ (la dernière extension de 2018). Pour ce local technique, c’est 2 fois plus important. Quelle priorité pour les Poncinois? On ne saura jamais. Car ils ne sont pas invités. Certes « Il est conseillé de ne pas accueillir de public » n’est pas mentionné. Et on sait ce qu’il en coûte d’enfreindre ce qui, dans les faits, signifie interdiction. Il ne devrait donc pas y avoir d’expulsion. Pour ce motif !

 

Leurs représentants élus au conseil, pourront-ils défendre leur point de vue. Point trop n’en faut. Ils ont déjà fait le choix de l’architecte entre 3 possibles. On a connu des cas moins cornéliens, où le candidat était seul en lice. Sans qu’il fut question du plus cher ou pas. Et c’est à ce stade que s’arrête la responsabilité des conseillers. Cette fois encore, le projet sera présenté à l’assistance. Comme pour l’extension d’école ou pour la salle des fêtes. Les comptes rendus de CM à l’époque en témoignent.

 

Alors à qui s’adresse cette réunion ? D’après l’invitation, la primeur revient aux associations. Pour un « local technique ». N’oublions pas, nous sommes à Poncins. De ce local technique, on imagine la possibilité d’y loger leur matériel. En voilà une bonne idée ! Un local technique qui intéresse au 1er chef les associations ! Mais il est où leur matériel aujourd’hui ? Et puis, à quoi sert l’étage de la maison communale, près de la salle des fêtes ? Tout un étage vide de … tout. Combien de m² laissés à l’abandon ? Pardon, interdit ! Sans compter qu’à ce stade, c’est mettre les bœufs derrière la charrue !

 

Après les associations, la presse. Tiens donc, la presse ! Pour qu’elle s’en fasse écho ? Ça intéresserait donc les Poncinois ? Et le site internet, non ! Bizarre. Bizarre oui, mais pas exceptionnel. Souvenons-nous de cette défausse historique : « ce n’est pas ce qui a été dit ».

 

La suite aux agents d’entretien. En trompe-l’œil. Nous avons déjà démontré que, la formulation, met toujours en avant les faux semblants, et renvoie l’essentiel à …. A la fin de l’exposé. Rappel ils sont 2

 

Ainsi qu’aux membres du CM. Pour un peu, on les oubliait. Oui, ainsi que les membres …. Ça évitera de répéter à la prochaine réunion de conseil. Non, ce n’est pas un procès d’intention. C’est l’observation  ou l’expérience. Certains l’appellent le passé. Celui dont il ne faut rien perdre. « Ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir »

 

Ce schéma est celui des projets antérieurs : la salle des fêtes, l’aménagement du bourg, l’école, …. Et au bout du compte, ça finit toujours par clocher. Ce nouveau projet faillira-t-il à la tradition ? D’abord, l’idée n’est pas nouvelle. « Orientations budgétaires 2015 : Local technique pour matériaux et matériels ». Oui, 2015. Janvier pour être précis. Au temps où il y avait des Orientations budgétaires. Il a même été annoncé « au bas du Val du Lignon » un peu plus tard. Curieusement, l’idée de l’installer à la zone artisanale aux Rôties n’est pas venue. Il y avait pourtant une certaine cohérence. Mais à Poncins, on préfère le saupoudrage. Cette scierie installée en zone totalement urbanisée en exemple. Disons qu’on s’accommode des situations et des textes. Ainsi, le PLU « interdit toute construction incompatible avec le caractère de la zone ».

 

Le PLU de Poncins définit les règles en ce sens. Zone UC : « zone urbaine vouée essentiellement à l’habitat, dans laquelle peuvent être inclus des constructions à vocation différente (commerces, services, équipements publics ...) dans une perspective de mixité urbaine. » et d’ajouter « Le sous-secteur UCa correspond au bâti dense du centre bourg. » (page 12).

Le projet se situe en zone UCa.

 

Un « local technique pour matériaux et matériels », « voué essentiellement à l’habitat », « dans une perspective de mixité urbaine » et en haute densité d’habitat ne serait-elle pas une nouvelle entorse au règlement et au PLU en particulier.

La zone artisanale en zone UC, les toits plats, les distances entre habitation de 3 mètres et la moitié de la hauteur de la maison, l’assainissement, …. Tous des cas de non-respect. La commune a été condamnée à 2 reprises (dont une fois en appel).

« Ne perdons rien du passé. Ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir. »

                                                    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article