Sabordage poncinois.

Publié le par Roger SAINT POL

Sabordage poncinois.

Novembre. Mois du recueillement. La Toussaint. Le jour des morts. Commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918. Avec votre permission, nous y ajouterons l’exécution du CCAS décédé le 4 novembre 2015. Nous proposons d’ajouter le 25 novembre 2021, date de la prochaine réunion de CM. Elle pourrait entériner la disparition de la Bibliothèque Municipale passée sous silence depuis la révélation « du courrier de Guilaine SAINT POL annonçant sa démission, ainsi que celles des personnes bénévoles au sein de la bibliothèque municipale. » Une annonce relatée en ces termes au compte rendu de CM du 1 juin dernier. Sobre et indifférente, et surtout alambiquée et outrageante, de ce qu’elle insinue. Elle ne dit pas que toutes ont démissionné. « Unanime », un mot consommé à satiété par ailleurs. Nous sommes ici en présence d’un « mensonge de vocabulaire » qui consiste à complexifier un propos pour le rendre le plus nébuleux possible. Voire incompréhensible. Autre exemple significatif : les « jours francs » ou pas.

 

 « Il n’y a pas eu de demande des responsables de la bibliothèque ». C’est cette déclaration du maire qui mit le feu aux poudres. Cf. : Notre chronique, « Ni fleur, ni couronne » du 2 juillet 2021 toujours disponible en ligne.

 

Depuis, rien. Rien de probant jusqu’à cette Question Orale de Laurent Burnod et surtout la réponse : « Le jeudi 22 juillet, avec mes adjoints, nous avons reçu Mr DEFRADE de la Médiathèque pour évoquer la situation. » Passons sur la tournure de la réponse, avec mes adjoints, nous …. Tous les adjoints ? Notons la précision quasi-diabolique sur l’environnement : la date, le jour. Pour un peu il y aurait l’heure. Ils ont reçu Mr DEFRADE de la médiathèque. Espérons qu’ils lui aient réservé un bon accueil. Vous ne connaissez pas Mr DEFRADE de la médiathèque ? Dans les faits, il a autorité pour superviser le fonctionnement des bibliothèques. Dont celle de Poncins. Cette précision étant posée, il a patienté un peu plus de 3 mois, pour laisser le temps de réaction nécessaire à la commune. En l’absence de tout signe de vie il s’est invité « pour évoquer la situation. » Dixit le maire.

« Le jeudi 22 juillet, avec mes adjoints, nous avons reçu Mr DEFRADE de la Médiathèque pour évoquer la situation. » Point final à la Question Orale. Et le mépris à la clé !

 

La situation pour être ubuesque, n’en est pas moins sérieuse. Elle n’a échappé ni à la vigilance de la médiathèque de Montbrison ni au Conseil Départemental. La démission collective et unanime de ses bénévoles ce 12 avril 2021, est l’aboutissement d’un long processus évoqué antérieurement. En toute logique, la suite devait être : « Il faut sauver le soldat …, Bibliothèque de Poncins ». Mais le sabordage a tout emporté. Y compris l’étendard culturel communal. Dans ce contexte, la bouée de sauvetage lancée par la médiathèque était la tentative de la dernière chance. Elle est venue « le jeudi 22 juillet ». On l’a cantonnée à évoquer la situation. C’était bien tenté. « Le jeudi 22 juillet, avec mes adjoints, nous avons reçu Mr DEFRADE de la Médiathèque pour évoquer la situation. » Point final. Et un gigantesque pied de nez à la médiathèque, les bénévoles, les administrés, le conseil départemental, les institutions, ….

 

La suite, car il y a une suite, la médiathèque a tenu à recevoir l’équipe des bénévoles, pour lui exprimer ses sincères condoléances. Et reconnaître son impuissance en telle situation.

 

En conclusion, Poncins a fermé les volets de sa bibliothèque Municipale comme ceux de la salle des loisirs. C’est tout le bâtiment entre la salle des loisirs et la salle des fêtes qui est condamné.

Il y avait possibilité de relancer. C’eut été possible avec une nouvelle équipe et un peu de bonne volonté. Beaucoup moins après un sabordage !

 

Reste à écrire le mot FIN. Peut-être à la prochaine réunion de CM. Mais à quoi bon ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article