C’est quoi LA question ?

Publié le par Roger SAINT POL

C’est quoi LA question ?

« Information et questions diverses », présent à l’ordre du jour mais absent du compte rendu de la dernière réunion de CM. Reste les Questions Orales. Il y en eut 5.

Voici les « Réponses ».

 

Réponse : Bientôt nous rencontrons Monsieur le Sous-Préfet pour lui parler entre autres de cette question.

Réponse : Des personnes se sont portées volontaires pour s’occuper de la bibliothèque et nous allons les réunir pour pouvoir nous organiser.

Réponse : Cette question ayant déjà été traitée dans l’ordre du jour, il n’y a pas d’autres commentaires à faire.

Réponse : La réunion ayant eu lieu avec les responsables de la communauté de communes de Forez-Est, les courriers aux administrés sont à la signature et ils le recevront dans les prochains jours.

Réponse : Bien que ce bâtiment aurait besoin d’une rénovation, pour l’instant il n’y a pas de projet en cours.

 

Des réponses sans questions, quel intérêt direz-vous ? C’est que justement, elles répondent à …. Rien ! Sur le fond, aussi vides qu’interchangeables.

  • Rencontrer le sous-préfet, on nous l’a déjà fait. On le nommait familièrement Loïc Armand. … « pour parler de tout ça ». La suite ? Quelle suite ?
  • La bibliothèque : sujet récurrent depuis la démission collective et unanime des bénévoles.
  • La question suivante et ses 3 jours de délai incompatibles à toute logique.
  • Courriers à la signature sur l’air de « c’est pas nous ». Sans doute « le » recevront-ils !!
  • Le bâtiment qui a « besoin de rénovation ». Lequel ? Qu’importe, « il n’y a pas de projet »

 

Sur la forme, c’est sans équivoque. Les réponses sont laconiques, expéditives, insensées. Concessions généreuses du tout-puissant souverain à ses vassaux : « une seule question sur un même sujet ayant trait aux affaires de la commune » (le 9 septembre 2021). Et en retour, un peu d’encre sur un papier qualifié de compte rendu.

 

Reste LA question.

Par définition, une question suggère une réponse. Pour lever une incompréhension ou une précision, échanger ou dialoguer. Mais pour cela, il faut être 2. 2 à se plier aux règles du jeu et se respecter mutuellement. La nature même des réponses et leurs précisions ne souscrivent en rien à ces critères. Au contraire, elles éludent définitivement le sujet et chaque phrase claque comme une gifle. Parce que « les murs ont des oreilles », très à la mode durant la Grande Guerre. (Ne rien perdre du passé).

 

Les questions, il y en eut 60 ces 12 derniers mois. Une moyenne de 5 par mois. Toutes du même camp. A une exception près. Laquelle ne s’est pas renouvelée. Pour confirmer la règle.

Certaines reviennent de façon récurrente : la voirie, le RPQS, la bibliothèque, la cure, … et surtout le respect du CGCT. 60 questions orales et combien de réponses ? Réponse, avec ou sans S ?

Alors, à quoi bon ? LA « seule question sur un même sujet ayant trait aux affaires de la commune » a-t-elle un sens ? Argumentée, démonstrative, chargée de messages conformes à l’éthique de l’élu, elle fait œuvre de pédagogie et éclaire nos concitoyens des pratiques et mentalités d’un autre âge.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article